Hijab Talk|ITW avec Patricia Pinto, propriétaire de la boutique Al Mastoura

Patricia Pinto est une jeune cheffe d’entreprise montréalaise. Elle est propriétaire de la boutique de vêtements pour femmes, Al Mastoura. Les femmes voilées comme moi y trouvent leur bonheur. D’ailleurs, une bonne partie de mes voiles et robes de soirées proviennent de sa boutique.

Patricia Pinto, que j’appelle Paty, est une femme très généreuse. A plusieurs reprises, elle m’a accordé de son temps en me donnant de petites astuces pour mettre mon hijab d’une façon très cute, et surtout très simple. La première fois c’était moins d’un mois après que j’aie commencé à porter le voile; j’en discutais avec elle et elle était si heureuse pour moi qu’elle m’a offert plusieurs hijabs que j’ai pu choisir en plus de ce que j’avais acheté. Son geste m’avait vraiment touché. Et le plus beau dans cette histoire c’est que quand je lui en parle, elle ne s’en souvient même pas. C’est si naturel pour elle! J’ai d’autres anecdotes but we don’t have all day 🙂  Paty est une femme spontanée, bienveillante et d’une grande générosité.

Comme je vous le disais il y a quelques semaines, j’ai décidé d’engager une discussion avec des femmes qui portent le voile. Les femmes voilées ne se définissent pas par le voile qu’elles portent et rejettent les symboles négatifs qu’on y associe à leur insu. Je trouve donc nécessaire d’entendre leurs propres versions. En dessous de chaque voile se trouve une histoire, une femme avec des rêves, des ambitions, des réalisations. Une femme avec des sentiments. Une femme avec des droits, le droit d’exister pleinement, le droit à la liberté , le droit au respect, le droit au loisir, à l’épanouissement.. La liste est longue, comme pour tout le monde.

Je vous ai récemment  vous présenté Libraz Ahmed. Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter Patricia Pinto, une femme d’exception pour en inspirer d’autres.


Présente-toi en quelques lignes 

Je m’appelle Patricia Pinto, je suis d’origine latino-américaine et déjà dans la trentaine 🙂 

J’ai beaucoup souffert dans mon enfance mais j’ai toujours voulu m’en sortir pour pouvoir un jour aider des gens à se sentir mieux à leur tour. Étant petite j’étais très timide, introvertie,et je n’avais pas confiance en moi. Mais je voulais changer et j’ai réussi, donc la phrase que je répéterai toujours est la suivante : si je peux vous pouvez tou.s.tes ! 

Je me suis convertie à l’islam à la mi-vingtaine environ; le meilleur choix de ma vie, je ne le regretterai jamais. Je n’avais aucune amie musulmane à l’époque. C’était un choix personnel et spirituel qui résultait de plusieurs mois de recherches. Je peux dire sans exagérer que ça a changé toute ma vie, pour le meilleur.

Quels sont les traits de personnalité qui te permettent le plus d’évoluer sur le plan personnel, et entrepreneurial? Et comment? 

J’ai toujours été PERSÉVÉRANTE, j’ai toujours essayé d’être POSITIVE malgré tout, et bien sûr ma CROYANCE ABSOLUE EN ALLAH, en tout ce qu’Il peut m’accorder. “Aides toi, Dieu t’aidera”, alors je ne lésine jamais sur le travail. La combinaison de tout cela m’a permis d’atteindre tous mes objectifs professionnels et personnels. Aussi, j’ai toujours vu les gens qui m’inspirent en me disant que s’ils peuvent alors je pourrais aussi. J’ai su foncer sans demander l’avis des gens et me voici aujourd’hui, une nouvelle Paty! 

Quelles sont les valeurs auxquelles tu accordes le plus d’importance? 

La foi est la valeur la plus importante dans ma vie, j’ai toujours cru en Dieu depuis petite mais depuis que je me suis convertie à l’Islam, cette croyance me rapproche de Mon Seigneur et me renforce grâce à Lui. La famille aussi vient directement après, prendre soin de ma mère est d’une grande importance pour moi, je peux tout donner pour elle. Ca me donne beaucoup de courage et de motivation.

Parle-nous de ton expérience avec Arbonne, et la boutique Al Mastoura

Al mastoura était mon rêve de petite fille. Adolescente, j’ai dû travailler à temps plein très tôt pour aider ma mère monoparentale et je rêvais d’être vendeuse dans une boutique de vêtements. Personne ne voulait m’embaucher car j’étais trop timide, mais un jour une compagnie de vêtements au centre-ville m’a donné ma chance. J’ai travaillé fort et je suis même devenue gérante à l’âge de 18 ans. J’ai fait de la gestion de commerce de détail pendant 10 ans dans de grandes entreprises comme Aldo, Lacoste. Et j’ai économisé car je savais qu’un jour j’ouvrirai ma propre boutique.

Quand je me suis convertie à l’islam, j’ai compris que c’était mon moment. Je voulais ouvrir ma propre boutique pour aider les jeunes femmes voilées à être pudique tout en restant moderne. J’ai commencé en 2014 aux marché aux puces, j’y ai mis toutes mes économies, alors que je ne connaissais pas beaucoup de femmes musulmanes mais je savais que ça allait marcher par la grâce d’Allah. Et ça m’a pris beaucoup d’années mais cette boutique a évolué et est devenue comme un bébé pour moi. J’y ai tout donné:  mon temps et mon énergie. J’y ai accomplis beaucoup de belles choses. J’ai ouvert les portes de ma boutique à de jeunes femmes entrepreneures à travers des collaborations. Malheureusement ça n’a pas toujours été facile car il y a énormément de charges et c’est difficile de tout payer toute seule. Je compte vraiment mettre l’emphase sur le e-commerce car c’est le futur ! 

Entre temps j’ai commencé ma 2e entreprise en ligne, dans le domaine de la santé et du bien-être pour une compagnie de vente direct que j’aime énormément : Arbonne. Cette entreprise est comme une école, j’étais déjà cliente de leurs produits qui sont incroyables et après 1 an et demi je me suis dis pourquoi pas. Via cette entreprise j’ai pu réaliser beaucoup de rêves et j’aide des femmes comme moi à réaliser les leurs. Ça fait déjà 1 an et demi que j’ai commencé et ce n’étais pas mon intention au début mais c’est devenu mon plan A. J’aime beaucoup leur concept, c’est accessible à toutes celles qui aimeraient se lancer en affaires mais n’ont ni des milliers de dollars à investir, ni l’expérience. On met l’emphase sur la formation et je me fais un plaisir de former des femmes qui se lancent en affaires. 

Depuis combien de temps portes tu le voile ? Et comment te sens tu avec ?

J’ai décidé de porter le hijab deux mois après ma conversion à l’islam, pourtant je ne me sentais pas prête, mais je sentais que c’était ce que je devais faire. Moi qui étais si heureuse qu’Allah m’ait guidé vers l’islam, je me sentais redevable envers Lui. J’avais peur car ma famille allait sûrement me renier, à l’époque j’étais gérante d’un magasin au centre-ville et ça risquait d’y être mal vu. Mais j’étais si fière de ma religion, ce geste pour moi m’a fait du bien, m’a donné énormément confiance en moi et je ne regretterai jamais! 

De nombreuses femmes aimeraient porter le voile mais n’osent pas pour des raisons multiples. Toi, lorsque tu as décidé de porter le voile, as-tu rencontré des obstacles ? Si oui, lesquels ? Et comment les as-tu surmonté ?

Oui, c’est vrai que beaucoup de femmes n’osent pas porter le voile et je les comprend. Pour ma part une des mes meilleures amies a arrêté de me parler, quelques membres de ma famille aussi. J’ai senti que ma mère était un peu déçue et que ma famille ne comprenais pas trop. Mais sachez que les gens qui vous aiment réellement finiront par comprendre car ils vous aime. Il faut être forte pour porter le voile dans un pays non-musulman, mais vous êtes toutes capables de franchir ce pas si vous le désirez. 

Peux-tu nous parler de la première journée où tu as porté le voile ?

Je n’étais pas prête, mais je savais que je devais le faire car je n’allais jamais être à 100% prête. La peur paralyse parfois mais il faut agir contre nos propres barrières ! J’ai pleuré toute la nuit, j’ai prié toute la nuit pour demander à Allah de me faciliter. Et le matin j’ai mis un des seuls hijab que j’avais (j’étais nouvelle musulmane) et je suis partie travailler. A mon emploi, on a essayé de me renvoyer, j’ai tenu tête. Personne ne m’a influencé dans ma décision, j’étais décidée à rester forte et ne laisser personne me faire changer d’avis !

Nous sommes dans un pays libre.

Comment te sentirais-tu si tu étais forcée à enlever ton voile ?

Nous sommes fortes les femmes voilées. Tout comme je ne voudrais pas qu’on me force à le porter je n’accepterai jamais qu’on me force à l’enlever. 

On parle beaucoup du port du voile comme étant le résultat d’une oppression de la femme par les hommes. Qu’aimerais tu dire à ce sujet?

J’étais convertie et célibataire à l’époque où j’ai fait le choix de porter le voile. Il n’y avait aucun homme en mesure d’exiger que je porte le voile ! 

Le voile est obligatoire dans notre religion certes, mais il reste le choix de chacune. Et ça prend du courage contrairement à ce que ces gens s’imaginent. Nous sommes heureuses de choisir la façon dont nous nous habillons. Point.

L’accès à l’emploi n’est plus totalement garanti aux femmes portant le voile. L’entrepreneuriat étant une alternative, quels conseils aimerais-tu donner aux femmes désirant se lancer à leur compte ?

L’entrepreneuriat est une belle façon d’être à 100% libre de nos décisions. Je conseille à toutes les femmes qui aiment cette idée de créer un projet à elles. Être entrepreneure est quelque chose qui s’apprend et au moins personne ne peut nous dicter comment nous habiller etc.

Pour finir, j’aimerais que tu partages avec nous une leçon de vie qui t’as marqué, ou tout simplement une citation qui t’inspire en ce moment. 

Croyez en vous peu importe ce qui vous arrive, même si vous ne croyez pas avoir la personnalité pour entreprendre quoi que ce soit. Je peux vous garantir qu’en sortant de votre zone de confort, vous trouverez souvent une personne en vous que nous ne connaissiez pas vous-mêmes. 

Aussi, j’ai appris avec les années qu’il ne faut pas écouter les gens mais s’écouter soi-même et foncer même dans la peur!

Fama

Fama

Founder and Editor in Chief

I'm a thirty something years-old woman trying to inspire other women and get inspired myself.