Love The Skin You’re In| Interview avec la Top-Modèle Amy Faye

Aminata Faye, plus connue sous le nom d’Amy Faye; est une Top Modèle sénégalaise sollicitée par de grandes marques Africaines, Européennes et  Américaines. Entre Tongoro (marque sénégalaise ayant habillé Beyonce), DiarraBlu, Sophie Zinga, Adama Paris,  Balmain et Jean Paul Gaultier (liste non exhaustive); cette jeune femme sublime a su se créer un nom dans le monde de la mode. Et ses compétences ne s’arrêtent pas à la mode, vous le découvrirez dans l’interview.

Je l’ai rencontré en Novembre dernier lors de l’African Beauty Forum organisé par Setalmaa à Dakar. J’ai été frappée par sa beauté naturelle et sa douceur. C’est une femme très réfléchie qui sait garder les pieds sur terre et son entrevue ne pourra que vous inspirer.

Cela fait déjà quelques années que j’ai lancé la série d’interviews “Love The Skin You’re In”.  On sait tous que la dépigmentation de la peau est une pratique qui touche de nombreuses communautés noires. Selon moi, cela n’est qu’une résultante du colorisme qui sévit dans nos communautés mais c’est un autre débat. Je ne cherche absolument pas à faire le procès des femmes qui se dépigmentent la peau. Il est tout de même important d’en parler et je m’attelle à le faire d’une manière constructive. Ma démarche consiste à mettre en avant de magnifiques femmes au teint noir. Ces interviews sont loin d’être de la poésie, mais j’aime les comparer à une ode à la femme noire. 

Je vous présente Amy Faye, une femme d’exception pour en inspirer d’autres.

Photo Credit : Tongoro

Décris-toi en quelques lignes 

Aminata Faye, sénégalaise 100% sérère (lol), assez timide et réservée. Je suis mannequin, basée à Dakar, je travaille aussi à New York et Paris. Je travaille pour des marques comme Balmain, Jean Paul Gaultier, Michael Kors, Mac Cosmetics pour en citer quelques-uns. Je suis aussi sportive, je joue au volley depuis toute petite. J’ai joué en équipe nationale junior et sénior et mon équipe a été sacrée championne du Sénégal en 2019. J’ai étudié à l’Institut Africain de Management (IAM) où j’ai obtenu mon master en banque et ingénierie financière. Actuellement, avec le contexte de la pandémie, je me suis lancée dans la pâtisserie : « Amy Cakes ». Je vends des gâteaux à la cool et j’en suis très heureuse car la pâtisserie est une passion pour moi.


Accomplir toutes ces choses en étant une jeune femme et en restant moi-même me remplit de fierté.

Qu’est-ce qui te rend le plus fière de la femme que tu es aujourd’hui ?

Les choses que j’ai pu accomplir en tant que mannequin à Dakar, Paris, et New York. Le parcours que j’ai eu en tant que sportive de haut niveau, et le diplôme que j’ai obtenu. Accomplir toutes ces choses en étant une jeune femme et en restant moi-même me remplit de fierté. Sans oublier la fierté de mes parents, de mes proches, qui me rend fière aussi.  

 Parle nous de ta plus belle expérience en tant que mannequin ?

Ma plus belle expérience c’est d’avoir fait le dernier défilé haute couture de Jean Paul Gaultier. C’était en Janvier 2020, il y a quelques mois. Ce fût un honneur d’avoir été choisie parmi les mannequins avec qui ils ont aimé travailler. Et de défiler avec les plus grands top modèles.

Quelle est ta vision de la beauté

La beauté pour moi, elle est subjective. Chaque personne a sa propre perception de la beauté. Si on demandait  à des milliers de personne de définir la beauté, personne n’aurait la même réponse. Pour moi la beauté peut être intellectuelle, physique, morale ou spirituelle. La beauté n’est pas figée, je dirai même qu’elle évolue et ne se résume pas à une seule chose, une seule caractéristique. C’est tout un ensemble.

Photo Credit : Tongoro

Que penses-tu de l’impact des médias sur le concept de la beauté en général ?

Je pense que les médias y jouent un rôle important. Malheureusement, on a souvent tendance à se comparer à ce qu’on voit dans les médias, qui ont de ce fait une influence sur nous. On pourrait même penser qu’ils nous imposent une certaine notion de la beauté. Les médias devraient prendre tout cela en considération et essayer de faire plus attention à leurs programmes, aux publicités qu’ils passent à la télé, à la radio etc.


La mélanine c’est une richesse, un trésor; soyez en fière.

Selon une étude récente, 70% des femmes sénégalaises se dépigmentent la peau. Et on note une sorte de normalisation de cette pratique, qui représente avant tout un problème de santé publique. D’après toi, la présence accrue de publicité faisant l’apologie du teint clair (malgré l’interdiction par la loi) en serait-elle la cause ? Ou s’agit-il d’un problème plus profond ?

Je pense que les publicités peuvent être perçues comme des catalyseurs mais à mon avis il s’agit d’un problème plus profond. On aura beau interdire les publicités le problème sera toujours là. Tout vient de la perception de soi et de la perception que l’on pense que les autres ont de nous; ce qui caractérise de mon point de vue, un manque de confiance de soi. On ne s’assume plus tel que l’on est. Si à chaque fois qu’on se regarde devant un miroir,  l’image reflétée ne nous satisfait pas, c’est un problème. Cela peut pousser à chercher un moyen de satisfaire ce besoin, cette carence. Pour certains, la solution est la dépigmentation de la peau et je pense que ça devient une addiction. De plus, si on a la malchance de vivre dans un environnement où cette pratique est normalisée, ça devient assez difficile de ne pas succomber. 

Je pense que derrière chaque personne qui se dépigmente il y a une histoire. Il faudrait un travail de fond, reprogrammer les mentalités, faire beaucoup de sensibilisation pour éveiller les consciences sur le danger de la dépigmentation de la peau. Et je pense que c’est là que les médias pourraient jouer un rôle important pour combattre ce phénomène.

A travers ce que tu dégages, on ressent clairement que tu es une femme bien dans sa peau. Quels sont les éléments de ta vie qui t’ont permis de te forger ce trait de personnalité ? 

Je suis plus sur le fond que sur la forme. Je travaille beaucoup sur moi, j’essaie de cultiver « ma beauté intérieure ». J’accorde de l’importance à mon apparence mais pas plus que « mon moi intérieur ». J’ai grandi avec 3 frères, je suis la seule fille. Et que ça soit mes frères, mes parents, ou moi même; nous avons tous une forte personnalité. Aussi, je dois ajouter que grandir uniquement entourée de garçons, ça n’arrange pas les choses (lol). Nos parents ont fait de leur mieux pour nous inculquer certaines valeurs comme le culte du travail, la satisfaction du travail bien accompli, le partage, le respect des autres, l’humilité. 

Le sport aussi m’a aidé à me forger ce caractère; à travers l’esprit de groupe, la compétition. On cultive un mental de champion : aujourd’hui tu perds mais ce n’est pas la fin du monde, il faut continuer de s’entraîner pour se donner les moyens de gagner une prochaine fois. On apprend à ne s’attacher ni à la gloire, ni à la déception d’un jour, car la réalité d’aujourd’hui ne définit pas celle de demain. Du coup, tu développes un certain détachement par rapport à plusieurs sphères de la vie: ce qui est matériel, les conflits, les problèmes d’égo. J’essaies de contrôler les choses sur lesquelles j’ai un pouvoir et pour les choses qui m’échappent, je m’en remets au bon Dieu. 

Je suis très cérébrale de nature. J’ai tendance à trop réfléchir et cela peut être épuisant. Lorsqu’on se laisse aller à overthink , ça consume de l’intérieur , et le pire est qu’on ne s’en rend pas compte. Tout ce brouhaha dans notre tête nous paraît normal, alors qu’au fond, il nous empêche de vivre le moment présent. A force de trop se concentrer sur l’analyse du passé, ou du futur, on ne vit plus. On est poussé à avoir des tas de préoccupations infondées parce qu’on est impatient, et qu’on veut tout contrôler. Et suite à tout ça, on devient assez irritable, on se renferme sur soi-même. On devient limite asociale. Et en plus, on dégage une énergie assez négative que les gens ressentent. On peut penser que ça se passe uniquement dans notre tête,  grosse erreur. Ce qui se passe dans notre tête influe sur notre bien-être, forcément ça va se voir dans la manière dont on se comporte, dans nos interactions avec les autres.

Tout ça pour dire que le fait de devenir moins cérébrale m’a apporté une certaine paix intérieure, moins de préoccupations inutiles. Je suis plus détendue. Cette approche de la vie fait toute une différence. Tu te vois, the real you, et tu développes une attitude de « letting go », c’est magique je trouve !  Du coup j’ai moins d’insomnie 😊 C’est peut-être le point le plus positif : dormir !!!  And enjoying yourself, enjoying people parce qu’on est bien dans sa peau. Et ça va bien au-delà du physique. Mais comme on dit : « Chasse le naturel, il revient au galop ». Il arrive encore que mon côté trop cérébral veuille prendre le dessus, mais je suis toujours en mesure de reprendre les rênes. Ce n’est pas facile, mais le fait d’en être consciente change la donne. Aussi, je lis beaucoup. Cela m’aide à me canaliser. Et j’ai des amis qui m’aident vraiment à m’améliorer, à développer le potentiel en moi, j’apprends beaucoup d’eux. 

Donc je dirai que toutes ces choses, ces pratiques ont fait de moi la femme que je suis aujourd’hui.


Je travaille beaucoup sur moi, j’essaie de cultiver «ma beauté intérieure »

Qu’aimerais-tu dire à toutes les femmes ou jeunes  filles qui envisagent de se dépigmenter la peau ou le font déjà ?

De ne pas le faire, cela n’en vaut pas la peine, et d’arrêter de le faire pour celles qui ont commencé. A la fin il y aura plus de regrets que de fierté. Et des regrets personne n’en veut. 

Arrêtez de vous comparer les unes aux autres, vous êtes belles comme vous êtes, vous êtes uniques, pourquoi voudriez-vous ressembler à une autre? La mélanine c’est une richesse, un trésor; soyez en fière. Occupez-vous de votre peau, apprenez à la connaître pour pouvoir lui prodiguer les soins adaptés. Ayez confiance en vous. La réalité des autres n’est pas la vôtre, la vérité des autres n’est pas la vôtre. Osez être vous-même et soyez courageuse.

Pour finir, peux-tu partager avec nous un conseil reçu, qui t’a grandement marqué et servi ?

D’être soi-même quoi qu’il arrive, ne jamais se trahir, ne jamais trahir ce que l’on est vraiment, « be true to yourself ». Tu ne peux pas plaire à tout le monde, et ce qui doit être à toi le sera tôt ou tard, « lou djot yombeu ».


Fama

Fama

Founder and Editor in Chief

I'm a thirty something years-old woman trying to inspire other women and get inspired myself.