Carla Beauvais, une preuve vivante que maternité et ambition peuvent bel et bien coexister

Carla Beauvais fait partie de ces femmes d’affaires que l’on ne présente plus à Montréal. Carla a plusieurs réalisations majeures à son actif, dont le Gala Dynastie qu’elle a cofondé et dont elle est la Directrice Générale. Vous en saurez plus sur elle en parcourant cet Interview mais avant de vous y plonger, je tiens à parler de l’aspect qui m’a le plus marqué en elle, sa personnalité. Je ne la connais pas intimement, mais je fais partie de ces personnes très intuitives qui perçoivent assez facilement les énergies dégagées autour d’elles (la #teampisces sait de quoi je parle 😊). Bien que je ne l’aie rencontré que 3 fois en personne, je peux vous dire avec certitude que Carla est une femme d’une grande sincérité, elle a un grand cœur et sait ce qu’elle veut.

Carla est aussi une femme de parole, et je le dis en me basant sur un fait plus concret cette fois-ci. Figurez-vous qu’elle était souffrante lorsqu’elle a complété cet interview, rien ne l’empêchait de tout retarder mais elle tenait absolument à respecter son engagement envers moi. C’est un geste que j’ai grandement apprécié.

Et ce n’est pas tout, je vous parlais plus haut du Gala Dynastie; c’est là une preuve irréfutable de son engagement. Ce Gala est plus qu’un évènement de reconnaissance auprès de la communauté noire au Québec, c’est tout un mouvement où l’on ne peut qu’admirer la #BlackExcellence.

Et pour conclure mon intro, puisque j’aime garder le meilleur pour la fin, je vais vous parler de ce qu’il y a de plus important dans la vie de Carla Beauvais : sa fille, donc son rôle de maman. Carla est une mère monoparentale ambitieuse pour qui RIEN ne passe avant sa fille, et au vu des toutes ses belles réalisations; je n’ai pas douté une seconde qu’une bonne conversation avec elle pourrait en inspirer plus d’une (à commencer par moi!). Son honnêteté vous parlera que vous soyez mère monoparentale ou pas.

Si vous n’êtes pas encore assises, prenez place et soyez prêtes à recevoir une bonne dose d’inspiration.

Voici Carla Beauvais, une #femmedexception pour en inspirer d’autres.

Photo credit : Nagi Cosmetics


Je dirais que la maternité ne m’a pas motivée davantage, mais elle m’a permis d’agir plus intelligemment en affaires.

Pourrais-tu citer trois qualités qui te servent le plus dans ta vie de tous les jours ?

Persévérante

Je ne crois pas avoir un jour abdiqué devant un obstacle dans ma vie. Je ne reste pas à terre longtemps. Je pleure un bon coup, je prie et je me relève. Je crois que j’ai une force intérieure qui doit sûrement m’avoir été transmise génétiquement par mon père. Je n’abandonne jamais.

Discrète

Même si de plus en plus, je m’ouvre sur certains aspects de ma réalité de mère à travers mes blogues pour Maman pour la vie ou sur ma page Instagram, disons que je suis une personne assez réservée et discrète sur ma vie privée en général. Je n’ai pas beaucoup d’amis. Seules les personnes vraiment proches de moi connaissent ma réalité et mes épreuves. Je pense que c’est important de garder cette distance surtout quand tu fais un métier public. Je vais parler de certains sujets seulement si j’ai la conviction que cela peut aider une femme dans son cheminement. Surtout, j’ai tendance
à en parler bien après les faits, quand j’ai l’assurance d’avoir moi-même grandi et avoir une perspective positive à apporter. Mon cercle est vraiment restreint et je pense que c’est important dans le monde dans lequel on vit aujourd’hui.

Passionnée

Je pense que c’est ce qui me caractérise le plus. Je ne fais rien ou presque à moitié (à part le ménage 😊). J’aime la vie, j’aime les gens et j’aime faire bouger les choses. Vraiment, passionnée est le mot qui me caractérise le mieux je pense.

Quels sont les aspects de ta vie de #MOMPRENEUR qui te motivent le plus ?

Beaucoup de choses me motivent, mais de savoir que j’ai deux petits yeux qui me regardent et qui absorbent tout ce que je projette m’oblige à me dépasser constamment, à être exemplaire. Il n’y a rien que je fasse sans penser à l’impact que cela aura sur ma fille.


Je ne reste pas à terre longtemps. Je pleure un bon coup, je prie et je me relève.

Parle-nous un peu de tes réalisations et projets en cours

Les gens qui me connaissent savent que je suis très active. Pour le moment, je continue à être impliquée comme coordonnatrice du Mois de l’histoire des Noirs. Je coordonne les activités du Gala Dynastie et aussi de notre Fondation qui s’implique auprès des jeunes. J’ai officiellement lancé Cajou Cuisine, mon projet bébé que j’ai eu la chance de développer avec mes partenaires Marjorie Morin-Lapointe et Abeille Gélinas. Je suis ambassadrice à Montréal d’une super initiative qui s’appelle She_Builds Global Initiative et qui s’adresse aux femmes de la diaspora haïtienne à travers le monde. Je travaille sur un projet assez ambitieux qui a pour mission de renforcer nos communautés via des initiatives innovantes qui allient technologies et créativités. J’ai hâte de vous le dévoiler.

Je continue à être impliqué dans des projets en Haïti, c’est très important pour moi de continuer à garder un lien fort avec la mère patrie.


Pour moi, mon baromètre est simple, le travail ne doit jamais compromettre l’importance du temps que je passe avec ma fille.
Il n’y a rien, ni personne qui passent avant ma fille.

Photo credit : Manoucheka Lacherie

Tu es l’heureuse maman d’une magnifique petite fille qui égaie souvent mon feed Instagram 😊 En tant que mère monoparentale, comment jongle tu entre ta vie de maman et ta vie d’entrepreneure ?

Tu l’as bien dit, je jongle et parfois j’en échappe. Il n’y a pas de recettes miracles. Je n’aspire pas à être une mère parfaite. J’aspire à faire de mon mieux et donner mon 1000% à ma fille. J’ai commis des erreurs et j’imagine qu’il y en aura d’autres. J’élève un enfant seule, j’en suis consciente et je prends mes responsabilités. Parfois, il va falloir que je fasse des choix difficiles et déchirants. Une chose est certaine, c’est que j’ai appris à ne pas culpabiliser pour tout. J’ai appris à mettre mes limites. J’ai appris à prioriser l’essentiel dans ma vie. Pour moi, mon baromètre est simple, le travail ne doit jamais compromettre l’importance du temps que je passe avec ma fille. La vie est trop courte, chaque instant est précieux et surtout un cadeau. Il n’y a rien, ni personne qui passent avant ma fille.

Que considères-tu comme le plus dur à gérer dans ta vie de #MOMPRENEUR Solo ? Et comment t’y prends-tu ?

Wow. Toute une question. Je ne sais pas… C’est difficile de répondre à cette question. Si je devais choisir, je pense que ça serait le fait de ne plus avoir la liberté de choix et de mouvement, car ma priorité est mon rôle de mère. C’est clair que cela freine ma carrière, mes rêves de voyages et mes projets à plusieurs niveaux. Élever un enfant seule, dans mon cas,  réduit beaucoup les opportunités que j’ai de réseauter ou de participer à certains types d’évènements, mais c’est ma réalité et je l’embrasse. Je me dis que c’est un moment à passer et les joies que m’apportent la maternité dissipent assez rapidement mes doutes. Pour surmonter les contrecoups de ma réalité, j’ai décidé que mes vendredis soirs seraient à moi. J’ai donc une gardienne qui vient à chaque semaine et pendant les 6 heures qu’elle est avec Eva,  je prends soin de moi et je me fais plaisir. J’ai un entourage extraordinaire aussi qui garde ma fille quand je dois prendre une pause. Sans ma mère, Pamela, Miriam, Nadine, Nadia, Sabrina, Chilandre & Maxime, Williamson & Esther, Karine & Malika, je ne pense pas que j’aurais réussi à tenir le coup. Il faut être bien entouré quand on est mompreneur.


Élever un enfant seule, dans mon cas,  réduit beaucoup les opportunités que j’ai de réseauter ou de participer à certains types d’évènements, mais c’est ma réalité et je l’embrasse.

Depuis la naissance d’Eva, tu as poursuivi plusieurs aventures entrepreneuriales, serait-ce juste de dire que la maternité t’a davantage motivé à foncer ? Si oui, comment ?

Non j’ai toujours été comme ça. Ce qui a changé, c’est mon Mindset quand je m’embarque dans quelque chose. Je ne veux plus que les gens prennent avantage de moi, ça été beaucoup (voire trop) le cas par le passé. Si ce n’est pas avantageux autant pour moi que l’autre partie (je ne parle pas uniquement d’argent), je ne le fais pas. Si un projet implique que je dois passer moins de temps avec ma fille, il faut que ça en vaille la peine. Je suis aussi financièrement plus smart. Je sais que l’avenir de ma fille repose que sur mes épaules, alors disons que ça m’oblige à faire des calculs que je n’aurais jamais fait auparavant. Donc, je dirais que la maternité ne m’a pas motivée davantage, mais elle m’a permis d’agir plus intelligemment en affaires.

Si je te dis Maman Poule, tu réponds #GUILTY ou #PASDUTOUT

#PASDUTOUT, ma fille reçoit beaucoup d’amour et elle ne manque de rien. Par contre, je suis assez stricte avec elle. Je luis transmet des valeurs fortes et je suis intraitable sur l’importance de la politesse. Ça vient sûrement de l’éducation que j’ai reçue, mais aussi du fait que je l’élève seule et que je dois jouer les deux rôles. Je dois faire le bon cop, bad cop. Ce n’est pas toujours évident, mais ça ne peut pas être autrement. J’ai une double responsabilité et ça vient avec son lot de choix difficiles.

Photo credit : Manoucheka Lacherie

A quoi ressemble une de tes journées ordinaires ?

Je n’ai aucune journée ordinaires 🙂 Chaque jour est une aventure!

De manière général, au réveil je passe du temps de qualité avec ma fille et la même chose à son retour de la garderie. Je veux qu’on puisse créer des souvenirs et des moments ensemble. Donc au réveil, on prie et ensuite on met de la musique pendant que je prépare notre déjeuner. Il y a des matins plus difficiles que d’autres. Le matin, c’est la fête, on danse, on chante en se préparant. C’est hyper important pour moi que ma fille soit entourée de musique. Ces temps-ci, elle est obsédée par la chanson C’est la vie de Khaled.

Ensuite, ma fille regarde un ou deux épisodes de Paw Patrol, c’est le seul moyen d’avoir 10 mn pour me doucher. On prend ce qu’on peut. Ensuite c’est à son tour ! Notre routine est assez stable.

Photo credit : Manoucheka Lacherie

Et puis, la rumba commence. Je la dépose à la garderie, retour à la maison. Je lis les grands titres des journaux et je passe à travers mes emails, messages sur les médias sociaux, etc. Deux fois par semaine, je vais m’entrainer le matin à 10h. Le reste de mes journées sont toutes différentes, mais elles consistent généralement en une suite de meetings et de courses en tout genre autant pour la maison que pour la business.

17h top chrono, j’arrête tout ! Je prépare la maison pour le retour d’Eva et je vais la chercher à la garderie. On soupe à son arrivée. La routine du dodo commence vers 19h30 : toilette, lecture, prière et dodo. 

Je reprends tranquillement mon souffle. En général, après avoir mis Eva au lit, j’écris dans mon journal, je poursuis un livre ou je commence la rédaction de mes articles pour Metro, mon blogue ou Maman pour la vie. Ensuite, je réponds à quelques courriels, je termine des dossiers importants, je perds mon temps sur Instagram (mais vraiment) et finalement, c’est mon Netflix time. C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour arriver à faire le vide. En général, je me couche à 1am et debout à 7am.


Je pense qu’il est important de ne jamais s’oublier, de continuer à prendre du temps pour soi et planifier des projets qui n’incluent pas les enfants.

Qui est la femme qui t’a le plus inspiré dans ta vie et comment ?

Je pense que c’est Michelle Obama. Pour tout ce qu’elle représente. Pour son parcours, son caractère, sa force, son verbe, sa passion, ses convictions. C’est une femme exemplaire. C’est un modèle pour moi.

Plus près de moi, je dirais ma mère. Et ça c’est tout récent. Quand j’ai fini par connaitre et comprendre son histoire, j’ai compris à quel point elle était forte. Ça m’a donné une grande leçon de vie. Notre relation n’a pas toujours été facile, mais elle a traversé tant d’épreuves et je crois l’avoir vu pleurer qu’une ou deux fois. Ce qu’elle a accepté de vivre au nom de l’amour pour ses enfants,… c’est un témoignage vivant cette femme !

Dans le cadre de l’entreprenariat et-ou la maternité, il y a-t-il des livres qui t’ont marqué – aidé ? Si oui, lesquels ?

Il y en a beaucoup trop, mais je citerais les plus récents.

L’esclavage racontée à ma fille de Christiane Taubira

Ce livre est important, car je sais qu’un jour j’aurais à répondre à ma fille face à ces mêmes questionnements. L’intelligence de Christiane Taubira est magistrale, c’est une femme passionnée qui se tient debout pour ce qui est juste. Parler de l’esclavage n’est pas chose facile. Plusieurs pensent même qu’il faut arrêter d’en parler. Je suis d’avis qu’il faut qu’un enfant comprenne son histoire pour vraiment saisir la chance qu’il a de vivre à une époque comme la nôtre.

We Should All Be Feminists de Chimamanda Ngozi Adichie

Comprendre les rapports de force entre les sexes est plus qu’urgent. Dans cet essai, Chimamanda nous fait réaliser à quel point un mouvement féministe inclusif est essentiel pour retrouver un équilibre sain. Elle parle de l’importance de l’éducation des garçons et des filles pour éradiquer certains comportements afin qu’on vive dans un monde différent et meilleur.  Je pense que tout parent doit lire cet ouvrage.

Lettre à une jeune entrepreneur d’Alexandre Taillefer

J’ai adoré ce livre, car il donne des conseils simples et efficaces pour réussir en affaires. Il fait aussi la démonstration que l’échec fait partie de la recette du succès. Que l’échec n’est pas une fin en soi. Ça met aussi en perspective l’importance de faire des affaires avec une conscience sociale. Tout ne doit pas uniquement être axé sur l’argent !

Women Everywhere de Gillian Anderson et Jennifer Nadel

Cet ouvrage a pour but d’inspirer et de soutenir les femmes et les accompagner dans un voyage intérieur. C’est un livre parfait, si vous avez des difficultés que vous voulez surmonter. Il y a des exercices pratiques, une démarche pratique pour poser des actions concrètes. C’est vraiment un outil pratique pour se retrouver et grandir.

Journal du lieu secret de Nadine Francillon

Ce n’est pas un livre, mais c’est un outil indispensable que j’utilise au quotidien pour connecter avec Dieu et témoigner de ma gratitude. Je l’utilise pour me rappeler combien je suis privilégiée et pour m’assurer de redonner en retour.

Devenir mère est un grand bonheur qui vient avec son lot de responsabilités. Et tu fais partie de ces femmes, mères et déterminées, qui se battent en continuant de rêver et voir grand. Quels conseils pourrais-tu donner aux femmes qui nous lisent ?

La maternité est la plus pure et incroyable aventure. L’amour que l’on ressent pour ses enfants ne peut trouver d’égal. Le conseil que je pourrais donner aux mères qui nous lisent est de ne jamais s’oublier dans le processus. Ces créatures deviennent le centre de nos vies, elles occupent tout l’espace de notre conscience, mais un jour elles grandissent et finissent par voler de leurs propres ailes et nous ne sommes plus le centre de leur univers. Quand ce jour arrive, ça laisse un vide énorme dans nos vies, alors je pense qu’il est important de ne jamais s’oublier, de continuer à prendre du temps pour soi et planifier des projets qui n’incluent pas les enfants. Nous sommes là pour un temps, pour les accompagner et les voir grandir et devenir des adultes. Ne jamais s’oublier, continuer à s’aimer est le conseil que j’aimerais donner aux mères.

Comment rester en contact avec toi ?

Je suis vraiment plus active via mon Instagram @carlabeauvais

C’est le meilleur moyen de communiquer avec moi et de découvrir un peu plus la mère et l’entrepreneure que je suis.

Merci Carla 😊

Photo credit : Manoucheka Lacherie
Fama

Fama

Founder and Editor in Chief

I'm a thirty something years-old woman trying to inspire other women and get inspired myself.