Femme de la Diaspora Africaine | Interview avec la blogueuse Josie de Petite&Bold

Josiane est une blogueuse incontournable à Montréal et elle fait aussi partie de ces femmes entrepreneures qui ont su se donner les moyens de vivre de leur passion. J’aime beaucoup son parcours et c’est avec grand plaisir que je partage avec vous cet Interview d’une femme de la diaspora Africaine à Montréal.

Sans plus tarder, voici l’ITW 😊

Photo Credit : ManikmatiPhotography   /  Make-Up : @Thebeautysquadmtl

petiteandbold

Présente-toi et parle nous de ton parcours

Alors mon nom est Josiane et je suis Burkinabé. Je suis au Canada depuis 2003 (le temps passe tellement vite). Je suis venue au Canada pour les études et j’y suis restée 😉

Je suis actuellement créatrice de contenu pour mon blogue www.petiteandbold.com et c’est un privilège pour moi de pouvoir faire ce que j’aime. L’entreprenariat est extrêmement difficile mais très valorisant en même temps. On peut passer de la déprime totale à une joie infinie lorsqu’on voit ses projets se réaliser. Je suis également la fondatrice et directrice artistique de ma boutique en ligne www.maisonpetiteandbold.com

Trois traits de personnalité :

Persévérante, rêveuse, compatissante.

petiteandbold

Lors de ton arrivée à Montréal, qu’est ce qui t’as le plus charmé ? Et qu’est ce qui a nécessité le plus d’eorts d’adaptation de ta part ?

Je suis arrivée à Montréal après mon bachelor à Moncton, N-B. J’étais au Canada depuis 4 ans déjà et j’avais visité Montréal à quelques reprises. Ce qui m’a le plus charmé c’est la beauté de cette ville: tant au niveau de l’architecture qu’au niveau du mix de cultures. C’était une nouvelle aventure pour moi!

Je me suis facilement adaptée à la vie à Montréal car c’est un train de vie qui me convient. Cependant, il y a un fait que je dois souligner qui m’a un peu surprise. À Moncton, les gens étaient tellement accueillants, chaleureux. Je n’ai jamais ressenti une once de racisme. Alors qu’à Montréal, c’était une toute autre histoire; malgré le melting-pot.

petiteandbold

Parle nous d’une réalisation (ici) dont tu es fière.

 Je dirais le fait d’avoir pu me faire une place dans le monde du blogue ici au Canada. C’est encore très difficile au jour le jour, je dois travailler ardemment chaque jour pour que mon travail représente mon “branding” et que les compagnies reconnaissent aussi que c’est beaucoup de temps et d’investissements.

Qu’est ce qui te manque le plus du Burkina Faso ?

Ma famille (bien évidemment), mais aussi la “bouffe de rue” (attiéké, mouton , alloco etc … ), l’hospitalité et les sourires des gens. Je t’assure, le Burkina Faso est vraiment un pays d’hommes et de femmes intègres, qui travaillent ardemment pour s’en sortir quotidiennement.

petiteandbold

Selon toi, quels sont les points positifs et négatifs de l’immigration ?

Je dis toujours que voyager vous ouvre l’esprit et je pense que c’est un des points positifs de l’immigration. En venant ici pour les études, j’ai appris à connaitre et m’adapter à la culture d’ici. Par la même occasion, cela m’a permis d’apprécier ma propre culture encore plus.

Un point un peu moins intéressant, c’est que nous avons du mal à rentrer au pays après un certain temps pour diverses raisons: changement de mentalité, train de vie. Je connais plusieurs personnes qui avaient décidé de rentrer mais qui sont revenus ici au final. J’en connais aussi qui sont repartis dans leur pays d’origine et se demandent pourquoi avoir attendu tant d’années avant de retourner. Mais je crois qu’il faut repartir avec un esprit ouvert et accepter que les mentalités au pays sont très conservatrices. Par exemple, au travail, les personnes âgées ont tendance à penser qu’elles connaissent tout et devraient avoir tous les privilèges. Lorsqu’il y a des suggestions pour rendre le travail plus efficient, on est alors confrontés à une grande réticence au changement.

petiteandbold

Tu as un fils de 4 ans, Lukas. Ton mari et toi arrivez-vous à lui faire connaitre vos pays d’origine (Sénégal et Burkina Faso) malgré la distance ? Si oui, Comment ?

Oui! Alors, la dernière fois que Lukas a été à Ouagadougou il avait à peine 2 mois donc il n’a aucun souvenir du pays. Notre façon alors de lui donner un sentiment d’appartenance à un pays autre que le Canada (ou 2 autres pays dans notre cas), c’est essentiellement à travers les grands-parents. Beaucoup de FaceTime, Viber etc …

Nous comptons aussi partir en vacances l’année prochaine, car justement au-delà de l’écran il a besoin de voir de ses propres yeux la vie au pays. Il est en âge de se souvenir des choses, alors nous espérons que cela va aider à créer un lien affectif avec nos pays respectifs.

petiteandbold

Que penses-tu de la façon dont l’Afrique est perçue en général ?

J’ai partagé ces propos dans mes “stories” Instagram il y a quelques mois et je crois que cela résume ma pensée: “ Western media portrays such a degrading image of my continent! Mama Africa is more than a starving child, she is vibrant, alive, rich of so many cultures and people are just so happy with much less!”

Il est certain que nous avons énormément de progrès à faire, tant de choses à améliorer et changer; mais je suis une fière Africaine et je compte bien retourner pour avoir un impact sur mon continent.

Si on te donnait l’occasion de présenter l’Afrique brièvement aujourd’hui et à une grande échelle, que dirais tu ?

Un continent qui a un potentiel immense si seulement nous osons enfin prendre notre indépendance. Un continent où les gens sont heureux avec peu. L’Afrique est accueillante, riches de plusieurs cultures ainsi que de terres et paysages à couper le souffle.

Merci Josie !

petiteandbold

 

Fama

Fama

Founder and Editor in Chief

I'm a thirty something years-old woman trying to inspire other women and get inspired myself.